Les bienfaits du yoga!

Stéphanie Kitembo, fondatrice de That’s Yoga et professeure certifiée Hatha Yoga a répondu aux questions de notre fondatrice, Marie-Josée Thibert.

Que représente pour toi le yoga?

Le yoga est bien plus qu’un enchaînement de postures, il est un mode de vie. Il est avant tout méditation et représente un rapport très intime à notre souffle. À travers les différentes postures, on apprend à se connaitre, à s’observer devant les changements, les imprévus, et l’inconfort. Le yoga nous apprend à rentrer en amitié avec soi-même.

Comment le yoga peut-il aider les femmes, particulièrement celles souffrant de douleurs féminines, comme celles liées à l’endométriose?

Plusieurs postures du yoga soulagent les douleurs menstruelles. Elles peuvent également aider le corps et l’esprit à s’adapter au stress causé par la douleur, l’anxiété d’avoir mal. Le yoga va permettre de faire face aux symptômes psychologiques du syndrome prémenstruel. Avoir un esprit et un corps détendus permettent de soulager les douleurs menstruelles. L’alimentation saine peut aussi aider en fournissant au corps les vitamines et minéraux nécessaires pour lutter contre les symptômes du SPM. Mais il est primordial de pratiquer le yoga en douceur et d’écouter son corps.

Si tu avais trois postures à recommander aux femmes qui ont des douleurs dans la région du petit bassin et du bas ventre, quelles seraient-elles?

La posture du Papillon (Badakonassana) – Cette posture active la circulation sanguine dans l’abdomen et contribue à irriguer les organes du petit bassin. Elle assouplit les articulations de la hanche et favorise la circulation dans les jambes.

La posture du Cobra (Bhujangasana) – La posture du Cobra améliore la souplesse vertébrale et renforce les muscles du bras et du dos. Très efficace pour soulager les irrégularités menstruelles et la constipation.

La posture du soulagement du ventre (Pavanamuktasana) – Le terme Pavanamuktasana vient du mot sanskrit « pavane » qui signifie l’air ou le vent et «Mukta», qui signifie liberté ou libération.

À quelle fréquence devrait-on pratiquer le yoga si on débute et qu’on souffre de douleurs liées à l’endométriose?

Tous les jours! Bien sûr en écoutant notre corps et en le respectant quand il indique qu’il y a douleur ou inconfort.

Quels conseils peux-tu nous offrir en ce qui a trait au choix de son professeur de yoga?

Regardez tout d’abord son mode de vie et de pensée à l’extérieur de son studio.

Merci Stéphanie!