Méconnaissance

Une maladie méconnue

180 millions de femmes seraient atteintes dans le monde. C’est une à deux sur dix. Pourtant, l’endométriose demeure méconnue et le délai de diagnostic est, en moyenne, de 7 ans. Pourquoi?

Quelques pistes de réponses

  • Il s’agit d’une maladie qui touche plusieurs tabous : les règles, la sexualité, l’intimité de la femme.
  • L’endométriose se caractérise, entre autres, par des douleurs très importantes au moment des règles. Les douleurs féminines liées aux règles sont encore trop souvent considérées comme « normales » et ce, tant aux yeux de certains médecins que des femmes qui souffrent.
  • Il y a des médecins, et même des gynécologues, qui ne sont pas encore formés à diagnostiquer l’endométriose.
  • Malgré l’avancement scientifique, il y a malheureusement encore des gens qui pensent que l’endométriose est une maladie psychologique. Mais une femme qui souffre d’endométriose a une maladie physique et a besoin d’être soignée et entourée par ses proches.
  • La méconnaissance de l’endométriose dans la société conduit parfois les femmes atteintes à souffrir très longtemps avant de consulter. Et si elles osent consulter et n’arrivent pas à trouver une oreille attentive chez un professionnel spécialisé en endométriose, elles se retrouvent seule face à leur souffrance.
  • Sept ans s’écoulent en moyenne entre la première consultation et le diagnostic. Ce temps perdu a des conséquences psychologiques importantes sur les femmes concernées et des conséquences physiques parfois irréversibles, particulièrement sur la possibilité d’avoir un enfant. L’endométriose est une des premières causes de stérilité.
Participez à la sensibilisation en partageant ce contenu!Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Pin on Pinterest
Pinterest
Share on LinkedIn
Linkedin
Share on Google+
Google+